VATICAN_3Dans un document publié dans l'Osservatore Romano, le Vatican évoque la crise économique mondiale et estime qu'il est plus que nécessaire de lancer les bases d'un "nouveau pacte financier international".




Ainsi, pour le Conseil pontifical pour la justice et la paix qui a signé cet écrit, la question est de savoir si nous sommes face à la nécessité d'une simple révision ou d'une véritable refondation du système des institutions économiques et financières internationales ?

Pour le Saint Siège, la crise a sans aucun doute mis au premier plan l'urgence de trouver de nouvelles formes de coordination internationale en matière monétaire, financière et commerciale.

La crise que nous vivons est d'abord une "crise de confiance".

Dans un monde où la souveraineté nationale est devenue insuffisante, même les grands pays sont conscients qu'il est impossible de réaliser les objectifs nationaux en comptant uniquement sur des politiques internes. Aussi, des accords, des règles et des institutions internationales sont absolument nécessaires.

Le Conseil pontifical plaide pour un renforcement de la coopération en matière de transparence et de surveillance du système financier et d'éviter le début d'une chaîne de protectionnisme réciproque.

La doctrine sociale de l'Eglise, avec la riche variété de ses principes moraux, peut et doit apporter sa contribution, insiste le Vatican.

Et il appelle ainsi les gouvernements et tous les autres opérateurs économiques à trouver des solutions durables et solidaires envers les pays les moins développés.

La dimension éthique de l'économie et de la finance n'est pas quelque chose d'accessoire mais quelque chose d'essentiel et doit être toujours prise en considération pour poursuivre des dynamiques économiques et financières correctes, clairvoyantes et porteuses de progrès.