ETOILE BLEUE

Un génie, un jour, est venu me voir pour me faire don d'une petite étoile. J'avais alors 8 ans. Il m'a dit de toujours la porter sur moi et de ne jamais la perdre et que, grâce à elle, rien ne m'arriverait.

Et puis, les années ont passé et j'ai grandi. J'ai alors connu des moments tristes, des moments de joie, des bourrasques et des vents contraires. Sans jamais plus me poser de questions. Jusqu'au jour où, fouillant dans de vieux cartons, j'ai retrouvé ma petite étoile. Elle était là, enfouie sous un amas de vieux chiffons, coincée entre deux vieilles paires de chaussettes trouées. Elle tomba sur le plancher en faisant un petit bruit cristallin. Je la ramassai et la tint dans le creux de ma main. Elle était à peine ternie. Alors, je l'ai frottée un peu pour la rendre plus présentable et là, tous mes souvenirs sont revenus à ma mémoire. Et mes larmes se sont mises à rouler. Tout me revint en tête : le génie, les premiers rires, les premières larmes, les jeux innocents de l'enfance et ses plaisirs tous simples. Et là, tout au fond de moi, j'ai senti comme une vague douce et chaleureuse m'envahir. J'ai serré l'étoile contre mon coeur en fermant les yeux, puis j'ai ri aux éclats. L'étoile vibrait dans ma main. Elle vibrait sous mes doigts, comme si elle chantait. Et sans même y penser, j'esquissais quelques pas de danse, en tournant en rond au milieu de ce grenier poussiéreux. J'étais heureux et ivre de bonheur, ivre d'avoir retrouvé une partie de moi-même que je pensais avoir enfoui au fond de moi.

Je mis la petite étoile dans ma poche. Et depuis, elle s'y trouve encore. Et quand j'ai de la peine, que le monde me dégoûte, alors je me rappelle de mon étoile et je la serre très fort. Et c'est là que j'entends le génie me murmurer au creux de mon oreille: "Souviens-toi que tu n'es rien qu'un enfant".